NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS ! NEWS !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Les Apprentis de l'art

Exposition du 16 décembre 2016 au 15 janvier 2017
Vernissage jeudi 15 décembre 2016 à 18h

La Salle des Machines
Friche la Belle de Mai
41 rue jobin 13003

L’exposition retrace 3 années de projets menés par Sextant et plus avec la Fondation GIMS (Groupement Interprofessionnel Médico-Social) et l’Académie d’Aix-Marseille et présente les œuvres réalisées par les élèves des lycées professionnels La Cabucelle, Le Chatelier, Leau, Brochier, Denis Diderot et du Centre de Formation d’Apprentis BTP de La Valentine en collaboration avec les artistes Delphine Borg, Claire Dantzer, John Deneuve, Stefan Eichhorn, Ymane Fakhir, Pascale Mijares, Mickey Nectoux, Ishem Rouiaï et Olivier Tourenc.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Guillaume Louot : "Naevus", 2016

Les Ateliers de la cité — Production des projets

La production des pièces des artistes résidents des Ateliers de la Cité, projet développé avec la Fondation Logirem, s'achève bientôt. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour les découvrir...

Nathanaël Abeille
Arrivé en résidence à La Bricarde en octobre 2015 Nathanaël Abeille y mène le projet Réflexion qui l’accompagne depuis déjà deux années. Cette recherche s’inscrit dans un travail mené sur la diffusion de la lumière diurne en milieu urbain. L’artiste a souhaité travailler sur un contexte particulier: la colline qui relie le site de La Bricarde à celle du plan d’Aou. A partir de ce lieu à l’implantation exceptionnelle mais qui demeure une enclave résolument marquée par les problèmes sociaux des quartiers nord, l’artiste prend le parti de réfléchir le « festival » quotidien des couchers de soleil de la rade de Marseille. Nathanaël Abeille réalise pour ce faire une série de réflecteurs en verre qui viendront projeter sur les façades Est une partie de cette lumière.

Guillaume Louot
"Non-Peintre", Guillaume Louot profile depuis 24 mois son projet "Pupluna", un dispositif précis : révéler le dessin de La Bricarde par des bandes de peintures délicates mais manifestes. En 2016, il réalise une modulation appelé "Naevus" s’inscrivant dans le « carré », au cœur du complexe architectural. Dans cet espace particulier de la Cité marseillaise, le négatif de sa proposition fonctionne ici comme une altération du Grand ensemble : l’inscription d’un signe au milieu de petits immeubles, pourvus d’arbres, d’habitations et d’une zone d’activité. Le procédé mis en œuvre par l’artiste consiste a recouvrir une surface définie au préalable d'une peinture photoluminescente sur les contours du quadrilatère au centre du patio. L’espace, la peinture et son agencement sont combinés à une nouvelle donne du projet, pour dévoiler progressivement l’empreinte d’une architecture.

Dejode&Lacombe
À partir d’une barque flambant neuve préparée pour emmener un groupe d’enfants de la résidence de Fonscolombes en mer, le duo Dejode&Lacombe travaille à la mise en œuvre d’une improbable parade. L’équipage d’enfants et d’artistes élaborent une sculpture ayant les traits d'un « bateau à pattes » et qui embarque ce joli monde dans une performance filmée en forme d’odyssée marseillaise. Ils se sont associés dès le mois de mai pour le façonnage de prototypes en terre glaise et ce avant de déposer de nouveau la chaloupe, au cœur de la Cité, sur une aire de carénage improvisée à la lisière des ateliers. À la question d’un travail participatif sur le territoire de Fonscolombes, Dejode&Lacombe ont répondu par l’ouverture vers la mer, son approche et le mouvant: mobilis in mobile, c’est à dire en l’espèce un petit Nautilus et ses capitaines Némo.

Rémi dal Negro
Rémi dal Negro occupe depuis septembre 2015 un atelier au sein de la cité de Fonscolombes. Très vite impliqué dans le tissu associatif du quartier l’artiste s’est rapidement tourné vers les jeunes et les adolescents pour lier leurs besoins au projet qu’il soumet dans le cadre de son année de résidence. La nécessité de revaloriser le terrain de football s’est vivement faite ressentir. Après plusieurs propositions, l’artiste a souhaité travailler sur une cage afin de la remodeler mais aussi d’ajouter une mutabilité et une plasticité à cet élément entre mobilier urbain et équipement sportif. Il s’agit par le biais de cette sculpture sur un terrain de sport de travailler à la rencontre de plusieurs disciplines entre le flipper, le skateboard ou encore le baby-foot. La mutabilité de la sculpture consiste ainsi à élargir le champ ludique par sa forme et sa construction.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •









• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •